Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 janvier 2018 06:00

«Les Amis de Medghacen» célèbrent Yennayer dans les Aurès : Cap sur la sauvegarde des patrimoines matériel et immatériel amazighs

Écrit par Nadir Kadi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Considérant que la reconnaissance de Yennayer en tant que fête nationale est une étape importante, l’association «les amis de Medghacen», avec le soutien des autorités locales, a concocté un riche programme dédié aux racines amazighes dans la ville du Ghoufi, au cœur de Aurès.

L’association des « Amis de Medghacen », un collectif qui œuvre notamment à la préservation des sites historiques de la région des Aurès, dans la wilaya de Batna, a élaboré un programme spécial pour la célébration du nouvel an amazigh (Yennayer ou Yennar selon les régions), nous a déclaré à la veille de cette célébration le président de l’association, Azzedine Guerfi. Il a précisé à ce sujet que «cela sera l’occasion de mettre en avant les questions de la préservation des patrimoines matériel et immatériel amazighs, mais également de revenir sur les projets de valorisation des sites historiques sur les plans touristique et culturel ». Le programme des festivités, intervenant au lendemain de l’officialisation de Yennayer par décision de la présidence de la République, est placé sous le haut patronage du ministre du Tourisme et de l’Artisanat. Le président de l’association des «Amis de Medghacen» explique à ce sujet que «la reconnaissante de Yennayer comme l’une des fêtes nationales est une étape importante ». « Cette officialisation est, à mon avis, l’aboutissement du travail et des luttes des militants amazighs depuis des dizaines d’années (…) C’est une excellente chose pour une identité, un patrimoine immatériel qui a longtemps été marginalisé ».
Azzedine Guerfi, en tant que responsable d’une association s’étant fait connaître du grand public pour son action visant à la sauvegarde du célèbre tombeau de Medghacen, estime que «les choses évoluent dans le bon sens », en faisant référence à l’officialisation du calendrier berbère, mais aussi au projet de création d’une académie amazighe. «Nous espérons maintenant que la question du patrimoine amazigh soit prise en compte. Le gros problème est que depuis l’indépendance, les choses se sont passées d’une telle manière que beaucoup de gens ont abandonné leurs villages. Et ce patrimoine matériel, récent, à l’image des ksour de Timimoune, les sites architecturaux dans les Aurès ou dans la vallée du M’zab, a besoin d’une prise en charge. Il peut également constituer une source économique extraordinaire pour relancer le tourisme»’ Concernant la célébration de Yennayer au cœur de la région des Aurès, l’association «les Amis de Medghacen», en partenariat avec les associations «Ghoufi Tourisme», «Azal pour la préservation du patrimoine», et «Habab Ghoufi», a concocté un riche programme, qui a débuté hier et se poursuivra aujourd’hui au niveau du site historique du Ghoufi dans la commune de Ghassira. Ce programme est notamment composé de soirées musicales, de parades costumées, d’un «Trail des Taqhliath», une marche athlétique de sept kilomètres entre la ville de Tabaâlit et Ghouti marqué par plusieurs escales dans un esprit de communion sportif et populaire. Par ailleurs, l’auberge du Ghoufi a abrité hier, dans le cadre de cette célébration, une conférence intitulée «Approche anthropo-semiologique dans les rituels festifs amazighs» animée par le Dr Benghalia Mouatez Billah du CNRPAH. Au final, Azzedine Guerfi a tenu à souligner que l’une des premières conséquences, sur le terrain, de l’officialisation de Yennayer, est qu’«aujourd’hui, les autorités locales et responsables de la gestion de la culture facilitent les choses pour l’événement que nous organisons […] Nous n’aurions pas imaginé cela il y’a seulement quelques années ». 

Dernière modification le samedi, 13 janvier 2018 01:49

Laissez un commentaire