Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

mercredi, 11 octobre 2017 07:44

Salon Alger Industries : A l’heure de la crise, les entreprises locales veulent impulser la croissance hors hydrocarbures

Écrit par Bahia Aliouche
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le onzième Salon Alger Industries, qui a ouvert hier ses portes au Palais des expositions d’Alger, a regroupé près de 150 entreprises nationales et étrangères (Chine, France, Turquie, Espagne, Tunisie) intervenant sur l’ensemble de la chaîne des productions et des prestations industrielles.


Alger Industries, dans cette édition, s’est caractérisé par la participation de groupes industriels et d’entreprises publiques de premier plan en Algérie, à l’image du Groupe des industriels du ciment (Gica), du groupe industriel des mines (Manal) et celui des industries chimiques (ACS). Selon Kheiredine Medjoubi, Directeur général du secteur public marchand, certes, les entreprises nationales publiques et privées ont enregistré des avancées notables dans le domaine des équipements et accessoires, toutefois, elles devraient augmenter leur cadence de production et devenir plus «agressives» sur le marché local. Et ce, afin de contribuer fortement à la diversification de l’économie nationale et, partant, diminuer le poids des importations.
Il s’agit de la nouvelle orientation économique, dictée par cette conjoncture économique marquée par la chute des cours pétroliers. «Nos entreprises devraient ainsi se substituer aux importations et, pourquoi pas, passer à l’étape de l’exportation et l’exportabilité des projets», a indiqué M. Medjoubi, selon qui, la tenue du 11e Salon professionnel de l’Industrie s’inscrit dans cette perspective. Les entreprises nationales semblent, avons-nous constaté sur place, très conscientes de tous ces enjeux économiques, à l’image de l’Entreprise nationale de charpente et de chaudronnerie (ENCC). Intervenant, entre autres, dans les domaines de la chaudronnerie, la charpente métallique, le montage et la maintenance d’ensembles industriels, l’ENCC, filiale du groupe industriel Imetal, œuvre aujourd’hui à diversifier son plan d’intervention et toucher à d’autres secteurs, tels les énergies renouvelables, le traitement des eaux usées mais aussi le pétrole, selon son directeur commercial, Aliane Athmane. Plusieurs conventions ont été signées dans ce cadre-là, aussi bien avec des entreprises locales qu’étrangères (américaine, espagnole…).
Interrogé sur l’impact de la crise sur le développement des activités de l’ENCC, son représentant au Salon Alger Industries 2017 nous dira : «La crise nous a interpellés à changer de méthodologie sur le plan engineering. »
Autrement dit, l’entreprise œuvre depuis l’amorce de la crise pétrolière à minimiser le recours à l’importation des matières premières, l’acier en particulier, et d’équipements industriels qui s’élève à des centaines de millions de dinars.»
Ainsi, pour ne pas payer en devises, la préoccupation aujourd’hui de l’ENCC est de faire participer les entreprises locales dans son champ d’activité manière d’encourager la production nationale.
Les entreprises nationales activant dans les filiales chimie et pharmacie et parapharmacie, papier carton, verre, caoutchouc et plastique, pour ne citer que celles-là, veulent, quant à elles, se substituer aux importations et encourager le produit local, à l’effet d’atténuer l’impact de la crise sur leur développement. Mme Yasmina Toubal, assistante auprès du PDG du Groupe Algeria Chemical Specialities (ACS), nous l’a bien souligné : «Après avoir bénéficié de l’aide de l’Etat, aujourd’hui, le groupe compte réellement développer ses différentes activités pour promouvoir la production nationale. » Selon cette responsable, les filiales du groupe ACS sont Gipec (papier et carton), Enad (détergents et hygiène corporelle), Enava (verre et abrasifs), ENPC (caoutchouc et plastique), Enap (peinture), Diprochim (produits chimiques), Tonic Industrie (papier/carton), Endimed (distribution de médicaments), Socothyd (distribution de produits pharmaceutiques) et 3R-Santé (incinération de médicaments).
Rappelons que douze groupes industriels ont été mis en place, en 2015 afin d’impulser la croissance hors hydrocarbures. Créées par fusion-absorption des anciennes Sociétés de gestions des participations de l’État (SGP), ces entités économiques sont installées à la faveur de la reconfiguration du secteur public marchand industriel (SPMI) qui regroupe l’ensemble des Entreprises publiques économiques (EPE).

Laissez un commentaire

Monde

«Sauvegarder l’accord sur le nucléaire iranien»

Il existe un vieux principe de base en m

Monde -
17-10-2017
Read more »
Peur pour l’accord sur le nucléaire iranien

Le chef de la diplomatie russe, Serguei

Monde -
17-10-2017
Read more »
Trump renforce les radicaux iraniens

Les États-Unis et l’Iran ont rarement ét

Monde -
17-10-2017
Read more »

Environnement

Culture

9e art « Tizi en bulle », le Premier Salon de la BD à Tizi Ouzou

La Direction de la culture, avec la part

Culture -
17-10-2017
Littérature : L’ouvrage collectif « Mohammed Dib, un écrivain de lumière » au Sila

Publié par les éditions Sédia, réunissan

Culture -
17-10-2017
Patrimoine cinématographique : Préserver pour garder la mémoire

Les travaux du colloque international d’

Culture -
16-10-2017
Ouverture du 9e Festival de musique symphonique : Carton plein !

Programmée pour la deuxième année de son

Culture -
16-10-2017

Région

Der

Sidérurgie : El Hadjar reprend progressivement ses capacités

Le complexe sidérurgique d’El Hadjar tou

Der -
17-10-2017
Ouargla : Le limogeage du directeur de l’Awem divise

Le limogeage du Directeur de l’Agence de

Der -
17-10-2017
Environnement : Tiferdoud, «village le plus propre»

Le premier prix de la 5e édition du conc

Der -
16-10-2017